Une Poussière Dans l’Œil

Ici les hommes s’appellent madame ou monsieur et les femmes s’appellent monsieur ou madame, mais ça n’a pas vraiment d’importance. Parfois, il n’y a rien de tout ça. On ne s’appelle pas, parce qu’il n’y a pas de raison de le faire. On s’embrasse volontiers, on rit beaucoup. On pleure aussi. On s’habille et on se déshabille, on se maquille et on se démaquille, entre deux numéros, dans des loges chargées de paillettes, de combats et de liberté. 

On est au Cabaret de Poussière, au Zèbre de Belleville, à Paris.

A l’automne 2019, j’intègre, en tant que photographe, l’équipe du Cabaret de Poussière, menée par Martin Dust avec qui je me lie d’amitié. Chaque mois, Martin renouvelle son spectacle et invite sur scène des artistes venus de tous horizons qui, tour à tour, viennent exprimer dans un cri de l’existence, leurs peines et leur amour du monde.

.